Collectif Roosevelt.be | Un "New Deal" en 15 solutions pour éviter le krach ultime

Collectif Roosevelt.be

Un "New Deal" en 15 solutions pour éviter le krach ultime

Grand débat « Travailler moins pour travailler tous ? » Le partage du temps de travail

La question du temps de travail revenant aujourd’hui sur le devant de la scène politique et dans les débats académiques, le Collectif citoyen « Roosevelt.be » et le Cercle du Libre Examen de l’ULB ont dès lors estimer essentiel d’organiser une conférence/débat sur le thème de la réduction collective du temps de travail : 

« Travailler moins pour travailler tous ? Le partage du temps de travail en débat. » 

Lieu: Campus du Solbosch, Auditoire Lameere (UB2.252A)
Date: mardi 26 avril 2016, 19:00

La réduction collective du temps de travail est une tendance historique nette dans l’ensemble des pays européens. Si celle-ci fut principalement le fruit de vives luttes sociales visant à l’amélioration des conditions de vie des travailleurs, elle répond également assez logiquement à la hausse constante de la productivité et fut dès lors utilisée par certains gouvernements pour réduire le taux de chômage. 

Mais la productivité n’ayant cessé d’augmenter ces trente dernières années, sommes-nous donc vraiment condamnés à devoir choisir entre le risque permanent du burn-out et l’angoisse du chômage ou est-il possible de continuer dans la direction d’une réduction du temps de travail ? 

Est-ce réalisable ou sommes-nous au contraire contraints de nous inscrire dans les projets de loi fleurissant à travers l’UE et visant notamment à rendre possible un allongement du temps de travail ? (en faisant par exemple sauter la limite légale des 35h en France et des 38h en Belgique) 

Travailler moins pour travailler tous, serait-ce trop simple pour être une vraie solution? Peut-on vraiment travailler moins sans gagner moins, et même créer de l’emploi à grande échelle, sans risque de délocalisations, retrouver le temps de vivre mieux, pour soi et pour les autres?


A contrecourant des actuels projets de loi français et belges, il nous a semblé essentiel de revenir sur la question de la réduction collective du temps de travail comme politique de réduction du taux de chômage et de questionner celle-ci. Nos intervenants tenteront dès lors de répondre aux questions suivantes : 

• Le partage du temps de travail : Utopie ou nécessité ?
• Est-ce encore faisable dans un monde globalisé ?
• Est-ce économiquement viable ? Pour tous les secteurs ? 


Pour ce faire, nous aurons le plaisir d’accueillir :  

--- Didier GOSUIN --- 
• Ministre bruxellois de l'Emploi, de l'Économie, de la Formation Professionnelle et de la Santé (FDF)

--- Ahmed LAAOUEJ --- (sous réserve de confirmation)
• Député fédéral PS
• Vice-président de la Fédération bruxelloise du Parti Socialiste
• Diplômé en Droit et en Droit économique et fiscal

--- Pierre LAROUTOUROU ---  
• Economiste  
• Fondateur du Collectif Roosevelt (Fr) et du parti «Nouvelle Donne» (Fr)
• Auteur de nombreux ouvrages dont « Pour la semaine de quatre jours : sortir du piège des 35 heures », La Découverte, 1999 ; « Urgence sociale, changer le pansement ou penser le changement ? » Ramsay, 2006 ; « La gauche n’a plus droit à l’erreur » (avec Michel Rocard), Flammarion, 2013

--- Gérard VALENDUC ---  
• Chargé de cours invité UNamur et UCL ; Directeur de recherche à la Fondation Travail-Université (FTU)
• Co-auteur d’un dossier sur la thématique de la réduction du temps de travail en Belgique (Courrier hebdomadaire du CRISP, 2013. Url. : http://www.crisp.be/librairie/catalogue/1832-la-reduction-du-temps-de-travail.html ) 

En espérant vous y voir nombreuses et nombreux ! 


Le collectif Roosevelt.be et le Cercle du Libre-Examen de l'ULB. 

 

Avec le soutien de Tout autre chose
-------------------------------------------------------------------------------

Date: 26 avril 2016 
Heure : 19h00
Lieu : Campus du Solbosch, Auditoire Lameere (UB2.252A)

Adresse et itinéraire : http://www.ulb.ac.be/campus/solbosch/plan-U.html 


P.A.F. :
Membres : gratuit
Etudiant-e-s : 1 euro
Autres : 2 euros